Dépendance et désaccoutumance

Dépendance

La Opens internal link in current windownicotine est une substance psychoactive qui rend très rapidement dépendant.

Dans la classification CIM-10 (Classification Internationale des Maladies, codes publiés par l'OMS), six critères ont été établis, dont trois doivent avoir été observés dans les 12 derniers mois pour que le diagnostic de "dépendance à l'égard du tabac" puisse être établi:

  • développement d'une tolérance: l'effet est ressenti uniquement après la prise de doses de plus en plus fortes,
  • symptômes de manque physique: ils apparaissent lors de la réduction ou à l'arrêt de la consommation et inversement, ils s'atténuent lors de la consommation de tabac,
  • forte envie, voire désir impérieux de consommer du tabac,
  • perte de contrôle sur la durée de la consommation et/ou la quantité consommée,
  • les autres activités et centres d'intérêt sont de plus en plus négligés au profit de la consommation de tabac,
  • maintien de la consommation, malgré la preuve des méfaits du tabagisme.

Entre 70 et 80% de tous les fumeurs remplissent les critères de la dépendance énumérés dans la CIM-10.

Degré de dépendance

Le degré de dépendance peut être déterminé à l'aide du Opens internal link in current windowtest de Fagerström.

De manière générale, plus la dépendance est forte, plus l'arrêt est difficile. On sait également que de multiples facteurs jouent également un rôle lors du sevrage, tels l'auto-motivation, l'endurance, le soutien social, la perception du risque, les troubles psychiques, etc.

Symptômes de manque

Le syndrome de manque (voire aussi les classifications Opens internal link in current windowDSM-IV et Opens internal link in current windowCIM-10) est ressenti et évalué de manière très variable. Les symptômes de manque apparaissent très rapidement et atteignent leur paroxysme entre 24 et 48 heures. Les symptômes physiques diminuent au bout de deux à quatre semaines. Le "craving" (engl. "envie irrésistible"), ce désir impérieux de fumer, peut encore se manifester de temps à autre dans les 2 à 3 mois qui suivent, et atteste de la dépendance physique. Cependant, l'intensité et la fréquence de ces envies diminuent avec le temps.

Les symptômes de manque à la nicotine peuvent être atténués grâce à Opens internal link in current windowun traitement médicamenteux.

Symptôme dus au manque Durée Survenue (%)
Vertiges < 48 h 10%
Troubles du sommeil < 1 semaine 25%
Difficultés de concentration < 2 semaines 60%
Besoin impérieux de fumer < 2-3 semaines 70%
Irritabilité, agressivité < 4 semaines 50%
Humeur dépressive < 4 semaines 60%
Agitation < 4 semaines 60%
Appétit accru < 10 semaines 70%

Vers le haut

Références

Fagerström K.O. et al (1989): Measuring nicotine dependence: A review of the Fagerstrom Tolerance Questionnaire. J Behavioral Med 12, 159-182

Hughes JR et al (1986): Signs and symptoms of tobacco withdrawal. Arch Gen Psychiatry. 43(3):289-94.

Hughes JR et al (2007) Effects of abstinence from tobacco: valid symptoms and time course. Nicotine Tob Res. 9(3):315-27

Benowitz NL. Cigarette smoking and nicotine addiction. Med Clin North Am. 1992;76:415-437.

Rigotti N. Treatment of tobacco use and dependence. N Engl J Med. 2002;346:506-512.