Conséquences néfastes liées au genre

Cancer du poumon
Pour une même forte consommation de tabac, le risque de cancer du poumon est 28 fois plus élevé chez les femmes, contre 10 fois "seulement" chez les hommes et son apparition chez les femmes a lieu généralement cinq ans plus tôt que chez les hommes. L'incidence du cancer du poumon diminue chez les hommes tandis qu'elle ne cesse d'augmenter chez les femmes.

Sexualité et fécondité
Que ce soit chez les femmes ou chez les hommes, le tabagisme restreint la sexualité et la fécondité. C'est pourquoi on parle parfois de "contraception cachée" avec la cigarette.
La ménopause arrive environ deux ans plus tôt chez les femmes qui fument. Les fumeuses sous contraception orale courent un risque beaucoup plus important de maladies cardio-vasculaires. De plus, le risque de stérilité est plus élevé.
Chez les hommes, fumer entraîne souvent une dysfonction érectile et altère la quantité et la qualité du sperme.

Différences liées au genre lors du sevrage

Les femmes ne fument pas comme les hommes. Elles consomment en moyenne moins de cigarettes, leurs cigarettes ont souvent une teneur en nicotine plus faible et elles n’inhalent pas aussi profondément que les hommes. On ignore toutefois si ce phénomène est dû à une sensibilité différente à la nicotine ou s'il s'explique par des différences sociales ou sensorielles.

De vastes études ont montré que les femmes faisaient moins de tentatives de désaccoutumance que les hommes et qu'elles échouaient plus souvent. Les médecins interrogent plus souvent les hommes que les femmes sur leur comportement de fumeur et la population masculine est plus souvent orientée vers une désaccoutumance. La probabilité qu’une femme se voit prescrire un substitut nicotinique est plus faible, et ces produits semblent atténuer moins efficacement les symptômes de manque chez les femmes. D'autres facteurs peuvent rendre la désaccoutumance plus difficile pour les femmes, comme p. ex. une plus grande sensibilité aux symptômes de manque, une plus grande préoccupation par la prise de poids et les variations hormonales durant le cycle menstruel.

Des manifestations de stress, des dépressions, des troubles d'anxiété, des humeurs négatives et des symptômes dépressifs sont également plus courants chez les femmes que chez les hommes. Elles placent des attentes plus élevées dans l’effet déployé par la nicotine sur leurs humeurs et dans les moments difficiles, elles sont moins sûres de pouvoir renoncer au tabac. Sans compter que les femmes sont plus stressées après une désaccoutumance que les hommes.

Conclusion

  • Hommes et femmes ne sont pas égaux dans leurs comportements avec le tabac, devant les problèmes de santé générés par le tabagisme ni devant les conditions pré-requises pour une désaccoutumance.
  • Les mesures élaborées pour la désaccoutumance tabagique et basées sur l’évidence sont efficaces pour les hommes comme pour les femmes.
  • Hommes et femmes ont vraisemblablement différents facteurs de stress et différentes barrières empêchant un arrêt, qu’il convient de prendre en compte au cas par cas.

Vers le haut

Références

Cepeda-Benito A et al. Meta-analysis of the efficacy of nicotine replacement therapy for smoking cessation: differences between men and women. J Consult Clin Psychol. 2004;72:712-722. 

Perkins KA. Smoking cessation in women: special considerations. CNS Drugs. 2001;15:391-411.

Sakire P et al. Sex Differences in Nicotine Action. Handbook of Experimental Pharmacology. Volume 192, 261-291. 2009

Gray KM et al, 2009. Menstrual cycle and cue reactivity in women smokers. Nicotine and Tobacco Research, Advance Access published online Dec 2009