Prise de poids

Toutes les personnes en bonne santé ont tendance à prendre du poids avec l'âge, même les fumeurs. Fumer n'est pas une garantie pour rester mince. La plupart des personnes qui arrêtent de fumer prennent du poids.

Poids et tabac

Fumer, et plus exactement la nicotine, provoque une libération accrue de dopamine et de sérotonine. Ces deux neurotransmetteurs ont un rôle anorexigène (notamment pour le sucre), de sorte que le fumeur a tendance à absorber moins de calories que le non-fumeur. De plus, la nicotine accélère le métabolisme, de sorte que les fumeurs brûlent 4 à 16% de calories de plus que les non-fumeurs. En conséquence, le poids des fumeurs est en moyenne entre 3 et 5 % plus faible que celui des non-fumeurs.

Toutefois, le nombre de fumeurs en surcharge pondérale est en constante progression. Ces fumeurs en surpoids font moins de tentatives de sevrage et plus de rechutes. Ils ont également tendance à prendre plus de poids lors d'un arrêt tabagique. Les grands fumeurs ont une répartition de la graisse défavorable, à savoir plus de graisse viscérale et une morphologie en forme de pomme.

Les patients atteints de BPCO présentent souvent des carences alimentaires, pouvant aller jusqu'à la "cachéxie pulmonaire". Dans ce type de cas, la prise de poids est plutôt souhaitable.

Arrêt du tabac et prise de poids

La plupart des personnes qui arrêtent de fumer prennent du poids, entre 4 et 5 kg en moyenne (4.7 kg). Mais la variation est importante:
– 16 % perdent du poids
– 37 % prennent < 5 kg
– 34 % prennent 5 à 10 kg
– 13 % prennent  > 10 kg

La prise de poids s'observe après la phase aiguë du sevrage tabagique, soit après 2 à 4 semaines.

On estime qu'il faudrait grossir de plus de 50 kg pour atteindre le même risque pour la santé que celui obtenu avec la cigarette.

La prise pondérale s'explique d'une part par la diminution du besoin en calories après un sevrage tabagique (voir plus haut), et d'autre part par l'augmentation de l'appétit, symptôme typique du sevrage à la nicotine. La majorité de la prise de poids (69 %) s'explique par un apport calorique plus élevé.

Prise de poids chez l’homme et la femme

Les femmes fument plus souvent que les hommes dans le but de contrôler leur poids et répondent plus fréquemment qu'elles n'admettent pas la prise pondérale liée à l'arrêt de fumer. Cela explique également pourquoi les femmes font moins de tentatives de sevrage que les hommes. Elles prennent en moyenne plus de poids que ces derniers.

Recommandations thérapeutiques

Il existe plusieurs moyens de lutter contre la prise de poids :

  • instaurer des mesures diététiques visant à réduire l'apport calorique,
  • stimuler la combustion de calories en augmentant l'activité physique,
  • utiliser des médicaments destinés au sevrage tabagique : les substituts nicotiniques (notamment la gomme à mâcher 4 mg et les pastilles à sucer ou comprimés sublinguaux (microtabs) 2 mg) semblent ralentir efficacement la prise de poids liée au sevrage lorsqu'ils sont utilisés à une dose suffisamment élevée. Le buproprion (Zyban®) freine également la prise de poids après le sevrage. Toutefois à l'arrêt des médicaments, les ex-fumeurs grossissent et prennent en moyenne le même poids que s'ils n'avaient utilisé aucun médicament,
  • instaurer d'autres mesures de type conseils diététiques, coaching, approches comportementales.

Conclusion

La peur d'une éventuelle prise de poids ne doit pas être un argument pour continuer à fumer, car les risques du tabagisme sont de loin supérieurs à ceux d'une légère surcharge pondérale. La prise de poids effective est souvent moindre que celle anticipée avant le sevrage.

Vers le haut

Références

Aubin H-J et al, Weight gain in smokers after quitting cigarettes: meta-analysis. BMJ 2012; 345 doi:10.1136/bmj.e4439 (published 10 July 2012)

Eisenberg D, Quinn BC. Estimating the effect of smoking cessation on weight gain: an instrumental variable approach. Health Serv Res 2006;41:2255-66.

John U, Meyer C, Rumpf HJ, et al. No considerable long-term weight gain after smoking cessation: evidence from a prospective study. Eur J Cancer Prev 2005;14:289-95.

Klesges RC, Winders SE, Meyers AW, et al. How much weight gain occurs following smoking cessation? A comparison of weight gain using both continuous and point prevalence abstinence. J Consult Clin Psychol 1997;65:286-91.

O'Hara P, Connett JE, Lee WW, et al. Early and late weight gain following smoking cessation in the Lung Health Study. Am J Epidemiol 1998;148:821-30.

Williamson DF, Madans J, Anda RF, et al. Smoking cessation and severity of weight gain in a national cohort. N Engl J Med 1991;324:739-45.

Filozof C, Fernandez Pinilla MC, Fernandez-Cruz A. Smoking cessation and weight gain. Obes Rev 2004;5:95-103.

Gray CL, Cinciripini PM, Cinciripini LG. The relationship of gender, diet patterns, and body type to weight change following smoking reduction: a multivariate approach. J Subst Abuse 1995;7:405-23. 

Munafo MR, Murphy MF, Johnstone EC. Smoking cessation, weight gain, and DRD4 -521 genotype. Am J Med Genet B Neuropsychiatr Genet 2006;141:398-402.

Pisinger C, Jorgensen T. Waist circumference and weight following smoking cessation in a general population: the Inter99 study. Prev Med 2007;44:290-5. 

Allen SS, Hatsukami D, Brintnell DM, et al. Effect of nicotine replacement therapy on post-cessation weight gain and nutrient intake: a randomized controlled trial of postmenopausal female smokers. Addict Behav 2005;30:1273-80.

Hill AL, Roe DJ, Taren DL, et al. Efficacy of transdermal nicotine in reducing post-cessation weight gain in a Hispanic sample. Nicotine Tob Res 2000;2:247-53. 

Ahluwalia JS, Harris KJ, Catley D, et al. Sustained-release bupropion for smoking cessation in African Americans: a randomized controlled trial. JAMA 2002;288:468-74.

Assali AR, Beigel Y, Schreibman R, et al. Weight gain and insulin resistance during nicotine replacement therapy. Clin Cardiol 1999;22:357-60.

Hurt RD, Sachs DP, Glover ED, et al. A comparison of sustained-release bupropion and placebo for smoking cessation. N Engl J Med 1997;337:1195-202.

Nides M, Rand C, Dolce J, et al. Weight gain as a function of smoking cessation and 2-mg nicotine gum use among middle-aged smokers with mild lung impairment in the first 2 years of the Lung Health Study. Health Psychol 1994;13:354-61.