Recommandations de traitement pendant l'allaitement

Il est impératif de recommander aux mères qui allaitent d'arrêter de fumer, de même que de les soutenir dans leur démarche de désaccoutumance tabagique. La priorité doit être mise sur un suivi intensif et sur l'aide en vue d'un changement comportemental. Pour celles qui n'arrivent pas à renoncer au tabac sans aide médicamenteuse, on recommandera un substitut nicotinique.

Recommandations de traitement par les substituts nicotiniques

Les taux plasmatiques de nicotine observés avec les substituts nicotiniques sont 2-3 fois plus bas que ceux obtenus lors de tabagisme actif. Avec ces substituts, la nicotine passe également dans le lait maternel. Toutefois, le nouveau-né est protégé contre toutes les autres substances toxiques contenues dans la fumée de tabac, notamment le monoxyde de carbone, ce qui n'est pas le cas lors de tabagisme actif.

Même si les substituts nicotiniques ne sont pas sans risque, le danger est négligeable comparé au tabagisme actif. Les avantages des substituts nicotiniques utilisés dans l'arrêt du tabac l'emportent largement sur les effets indésirables. En d'autres termes et dans tous les cas, les substituts nicotiniques doivent être privilégiés par rapport au tabagisme actif. Les substituts nicotiniques doublent les chances de désaccoutumance tabagique. Ils protègent l'enfant contre les substances toxiques, celles d'une part directement absorbées au travers du lait maternel, et celles d'autre part présentes dans la fumée de l'air ambiant.

Les risques liés aux substituts nicotiniques peuvent être encore plus réduits:

  • en privilégiant les produits avec un effet de courte de durée comme gommes à mâcher, microtabs ou comprimés à sucer (durée d'action de 2 heures environ).
  • en utilisant ces produits immédiatement après l'allaitement, afin d'obtenir un intervalle de temps le plus long possible entre la prise de nicotine et l'allaitement.

Recommandations de traitement par bupropion

Quelques études de cas et une étude datant de 2004 ont montré que la concentration de bupropion et celle de ses métabolites actifs dans le lait maternel étaient faibles (env. 2% de la concentration maternelle, rapporté au poids). Ces données devraient inciter à lancer d'autres études dans lesquelles l'exposition effective est examinée, notamment en mettant en évidence la substance et ses métabolites actifs dans le plasma du nourrisson. L'utilisation du bupropion durant l'allaitement est actuellement déconseillée.

Recommandations de traitement par varénicline

Des essais sur les animaux indiquent que la varénicline passe dans le lait maternel. L'utilisation de la varénicline durant l'allaitement est actuellement déconseillée.

Conclusion

  • Il est extrêmement important pour le nourrisson que sa mère s'abstienne de fumer après l'accouchement.
  • Pour les femmes qui n'arrivent pas à renoncer au tabac sans aide médicamenteuse, on recommandera un substitut nicotinique, même pendant l'allaitement. Ces produits sont de loin moins nocifs que le tabagisme actif.
  • La désaccoutumance tabagique reste à tout moment fortement recommandée.
  • Concernant le soutien médicamenteux, les substituts nicotiniques avec un effet de courte de durée, à prendre immédiatement après l'allaitement, sont les plus adaptés. L'utilisation du bupropion ou de la varénicline implique le sevrage du nourrisson.

Vers le haut

Références

Dahlström A, Ebersjö C, Lundell B. Nicotine in breast milk influences heart rate variability in the infant. Acta Paediatr. 2008;97(8):1075-9

Haas JS, Kaplan CP, Barenboim D, Jacob P 3rd, Benowitz NL. Bupropion in breast milk: an exposure assessment for potential treatment to prevent post-partum tobacco use. Tob Control. 2004;13(1):52-6.

Deutsches Krebsforschungszentrum Heidelberg. Die Rote Reihe: Passivrauchende Kinder in Deutschland – frühe Schädigung für ein ganzes Leben. www.tabakkontrolle.de